Scolaires  Groupes particuliers Galerie  photos Les quatre Saisons La page des Castaneïculteurs

Les liens du castanéiculteur

 

LES DEGATS DUS AUX "MANGEURS DE PRIMES"

 
Les derniers grands incendies  de 2003 ont une fois de plus démontré le rôle capital de l'agriculture et de l'entretien des châtaigneraies comme pare feu. Vous n'avez qu'à vous rendre sur la route des crêtes de Collobrières ( sommet du col des fourches) vers la Garde Freinet pour constater l'efficacité. Depuis 2003 les acteurs économiques et les collectivités  territoriales  ( Mairie de Collobrieres, Conseil Régional, Conseil Général etc. ) portent un projet de rénovation qui prend forme actuellement avec le début des travaux sur le terrain. Malheureusement il y a quelques lobbies intéressés au premier plan  pour continuer à prospérer, à percevoir des primes juteuses, européennes et nationales entre autres, CTE,  CAD,  ICHN, prime à l'herbe DFCI etc...   sur le dos de notre environnement, des   agriculteurs et  propriétaires de vergers. Parmi ceux là il y a les  gardiens de "primes sur pattes" ( moutons ) qui n'hésitent pas à remettre en cause ce souhait collectif  de protéger notre massif des maures  en détruisant systématiquement le travail des  personnes qui entretiennent les espaces naturels et perpétuent les châtaigneraies  pour les générations à venir.

 

Ceux-que j'appelle les mangeurs de primes sont les bergers  "modernes" enfin "cool" voir très " cool", car ils sont experts en encaissement de primes diverses et variées, ont un système de lobby très performant qui essaie de nous faire croire tout et n'importe quoi. A force de mettre en avant la lutte contre les incendies, ils se croient indispensables, il en découle des attitudes hautaines et méprisantes. Malheureusement les incendies de 2003 font la démonstration que ces fleuves de primes n'ont pas vraiment été utiles pour l'intérêt collectif. Ce qui  est indispensable, pour ces "manges primes", c'est nos châtaigneraies avec leurs grasses pâtures et les terrains des propriétaires privés, comme les oliveraies etc. Un mouton ne mange pas le maquis, enfin sauf lorsqu' on le force par la faim comme c'était le cas il y a quelques années en leur faisant ingérer de la mélasse...pour le digérer, enfin pour les bêtes qui survivaient. Mes  expériences d'ouvrier forestier et de responsable syndical agricole m'ont apportés  de multiples exemples  que vous auriez du mal à croire!!. Enfin pour les "mange primes" l'animal n'est qu'un prétexte pour vivre sa vie "cool" aux frais de la princesse.

Les vrais éleveurs ne se reconnaîtront pas dans ce qui suit.

 

Samedi 3 mars 2007

10 ans de travail de greffage anéantit par l'irresponsabilité d'un "berger"  à qui j'avais fait visiter la parcelle pour éviter cela la semaine précédente, à l'issu d'une rencontre officielle au seing de la mairie. Alors, dans les explications, un jour les filets sont tombés, un jour monsieur été parti en vacances "sic", un autre  jour c'est le stagiaire qui n'était pas au courant enfin j'ai du mal à choisir dans ce florilège de mensonges. Photos. On en à bien vu un  qui était au 35heures, pour le  reste ce n'était pas son problème!

  Le respect de la propriété privée, le respect du travail d'autrui, ces gens-là ne connaissent pas, tout leur est dû!!

Il y a 8 ans c'était des vaches parquées sans autorisation qui avaient fait des dégâts encore visible, casse des greffes, l'année d'après, passage avec dégâts d'un voleur de pâturage, car ces messieurs se volent l'herbe entre eux !! Cette année les greffes d'oliviers de mon père et j'en passe, je mets en ligne des photos réalisées en 2004 chez un confrère quartier Saint Guillaume à Collobrières, car ce genre de dégâts n'arrivent  jamais paraît-il. Plus les dégâts 2007

 

 

       

   
        

Samedi 21 avril 2007

J'ai rencontré ces jours -ci un voisin de la châtaigneraie  où j'ai eu les dégâts, pour faire  pénétrer le troupeaux dans sa châtaigneraie les fils de clôtures ont été sectionnés. Il m'a expliqué aussi qu'après avoir demandé au  "berger "de ne pas parcourir une de ses  parcelles, il a subi des dégâts, car bien entendu le troupeau y a été volontairement envoyé... Cela me rappelle quelque  chose. On m'a dit que j'étais le seul à avoir des dégâts et le seul à être mécontent, le seul à ne pas vouloir de  troupeaux dans mes châtaigneraies....

 

   

Autour du 23 avril 2007

 

Les châtaigniers plantés à la sortie de Collobrières côté stade, à  l'occasion du projet de rénovation des châtaigneraies, ont subi le passage d'un troupeau de moutons, résultat  plus de feuilles, plus de pousse de charpentières sur 1m de haut. Sans parler des dégâts nombreux causés aux alentours... Il parait que ce troupeau est inconnu "sic" !!

 

          

A gauche le châtaignier dépouillé et à droite un normal

 
 

      

Un jeune  éleveur se plaint du passage d'un autre "mange prime" sur ses pâtures. Ce jeune ne pratiquant pas la transhumance il garde pour  les semaines à venir des espaces libres.  Il ne comprend pas que ses collègues  ne le dédommage pas !! Même entre eux ils ne se respectent pas, il est beau ce milieu, pourtant ils ne sont pas nombreux 3 à 4 sur 11 200 ha, et face à eux plusieurs milliers de propriétaires
   

La quasi totalités des greffes de  la parcelle sont abîmées, elles sont pourtant réparties sur près de 2 hectares

   
A j'allais oublier c'est sûr, je l'ai encore entendu ce jour, d'après le "mange prime" qui m'a fait les dégâts, ses chèvres  ont seulement abîmées que trois greffes le reste ce serait moi qui aurait volontairement déchiqueté mes greffes. Le ridicule ne tue pas c'est bien connu...

Le jour de la confrontation il y avait apparemment quelques doutes sur le vrai propriétaires et le nombre de bêtes  dixit le propre expert du "mange prime", ceci confirmé avec  la venue d'un autre "mange prime" et des tergiversations sur qui déclare quoi!. Celui là  devait être en week-end  et l'autre qui  devait lui garder les bêtes c'est mis en congé, c'est super le métier de berger.

         

Même les filets de protection ne suffisent pas !

 

         

Il y a quelques temps on avait eu un spécimen de "berger" qui s'appliquait les 35heures, au diable les animaux pendant son temps libre, le lundi c'était comique à le voir chercher ses ouailles...sauf bien sûr lorsqu'elles étaient sur la route...

Quand j'étais jeune avec d'autres enfants du village  nous passions souvent nos journées de vacances d'automne et de printemps avec un vrai berger Collobrièrois. Je ne me rappelle pas qu'il partait en vacances ou en congés ou même une nuit en laissant ses animaux dehors, il rentrait tous les soirs à la bergerie. Il  rencontrait les propriétaires régulièrement, leur donnant même la pièce ou de la viande et leur demandait s'il pouvait passer avec son troupeau, si on lui demandait de protéger nos tulipes par exemple il s'organisait pour respecter notre bien.  J'ai beaucoup appris sur notre environnement et les plantes à son contact. Son successeur, appliquait les mêmes principes de co-gestion avec les autres intervenants du massif.

 

 

jeudi 26 avril 2007

En 2006 le potager familial, à Pierrefeu a été ravagé par des "bêtes à primes". Cette année mon père étant vigilant et le mangeur de prime se rappelant  sa rencontre avec mon frère l'année dernière,  c'est les potagers des voisins qui ont fait les frais de la présence non souhaitée du "mange prime" pour pas dire autre chose. Adieu fèves, petits pois,  salades choux...bichonnés tout l'hiver....adieu plantations de légumes d'été...

A bientôt pour la suite du feuilleton, mais  au fait il parait qu'il n'y avait jamais de  problèmes  et que j'étais le seul à en avoir ...

          
   

17 mai 2007

Je suis obligé de faucher l'herbe qui a poussée pour accueillir des classes de Pierrefeu et de Collobrières. Je suis contraint de constater que le passage d'un troupeau ne réduit en rien le travail du castanéiculteur je dois couper les repousses de ronces et autres plantes comme les fougères;

 

   
Un argument bidon de plus mis en avant par les "manges primes" car depuis toujours les pluies du printemps font pousser les  mauvaises herbes et cela jusqu'en Juin si le printemps est normalement  pluvieux. Les bêtes sont déjà parties en estive à cette période  là . Vous pouvez voir la hauteur de pousse sur les photos. Le passage du troupeau en début mars a détruit plusieurs foyers de plantes rares et protégées que je n'ai pu montrer aux jeunes visiteurs des écoles.  
   
 

22 juin 2007

En prévision de l'animation "la  nuit de l'été 2007" avec Nature et découverte, Je re- débroussaille la partie déjà fauchée le 17 mai car les quelques pluies ont boostées les fougères et autres mauvaises herbes...

   

DEGATS 2004- ST GUILLAUME-COLLOBRIERES

 
En 2004 le Syndicat des Producteurs de Châtaignes du Var a été contacté par un propriétaire dégouté...voici quelques photos de cette visite, ou par chance, le hasard faisant bien les choses, nous avons rencontré par  le responsable des dégâts. Au début les rôles étaient inversés, c'est vrai que "les mange primes" on tendance à se poser en victimes constamment car cela leur permet de justifier tout et n'importe quoi... après quelques discussions acharnés la présence du troupeau sur cette parcelle précisément, n'était pas un hasard pour le coup! (Ceci confirmé en 2007)
 
Environ 1000 "bêtes à primes" parquées trois jours durant sans nourriture,  sur un demi hectare. N'ayant plus rien à manger même les moutons s'attaquent aux écorces d'après le" berger".

Il pleuvait ces  jours là, rendez-vous compte, ces gens-là ont peur de se mouiller ! et les moutons n'ont pas été déplacés.

   

Le "mange primes" à gauche avait l'autorisation du propriétaire, à droite, le-dit propriétaire ne le savait pas lui-même. Il  se passe des choses bizarres dans les Maures, il doit y pousser des plantes hallucinogènes.

 

   

 

DEGATS DE CHEVREUIL ET SANGLIER

 

Photos réalisées dans ma châtaigneraie de Vaubarnier courant  Avril-Mai 2007

 
 

Ne voulant pas admettre que les chèvres accompagnant les troupeaux de moutons pouvaient faire des dégâts, quelques personnes ont essayés de me convaincre que cela été un chevreuil! Ces gens ne sont pas des habitués de la forêt,  ils ne connaissent pas  les traces au sol, les excréments des animaux etc... Heureusement le berger a plus ou moins reconnu trois greffes abîmées  par ses animaux, le reste ( une vingtaine) c'est peut-être vous ou moi qui sait!! cela ferait une belle photo, à quatre pattes rognant l'écorce!!

 

          
 
            Je mets ci-dessus et ci-contre des clichés de dégâts de chevreuil  sur un  pied de châtaignier, pour comparer. L'écorce est arraché par frottement de leur tête et des bois qui poussent  cela n'a rien à voir avec les chèvres des troupeaux qui, elles se nourrissent de l'écorce, la elle est effilée. Le plus risqué pour nos greffes face à un chevreuil c'est qu'il se nourrisse des jeunes pousses tendre. La greffe est taillée anarchiquement bien sûr  mais  elle n'est pas condamnée.  
   
 J'ai déjà eu des dégâts de sanglier sur une ou deux greffes, sur des centaines réalisées, au niveau du mastic qui a été entièrement rogné par de jeunes bêtes, voir ci-contre.

 

   
          

Le chevreuil a été introduit dans notre massif il a peu   pour le plaisir de quelques-uns et les revenus qu'il procure par les chasses organisées et payantes (environ 50€/ fusil x 25 à 30). Ces gens-là souvent parcourent nos terres mais, ne sont pas propriétaires et ne supportent pas les conséquences de leur passe-temps . Interdit au tir pour le commun des mortels, nous sommes condamnés à les  contempler nous faire des destructions sur tout ce que l'on peut planter. Le remède m'ont dit les responsables est de clôturer ! Outre le coût exorbitant je ne me fais pas à l'idée de grillager la forêt et je doute fort que les clôtures durent longtemps car elles entravent les loisirs de ces messieurs.

   
Passage d'un chevreuil le 05 mai 2007, ma greffe était trop près du châtaignier écorché.  
   
Comme toujours  les dégâts de ces animaux restreignent l'entretien de la forêt et découragent les personnes qui relancent une activité par la plantation. Si vous êtes marcheurs vous pouvez aller voir le résultat des lâchers de chevreuils autour des résineux plantés à grand frais (enfin avec notre argent) après les incendies des années  90 au plateau du Lambert à Collobrières.           
 
           Je viens de débroussailler  cette parcelle et mon cèdre, une fois de plus n'a pas  résisté au Chevreuil.
Cette greffe en fente située sur une "caraille", une sorte de sentier où les animaux passent, a été abimée  mais même cassé le greffons a poussé comme vous pouvez le voir.            
   

HIVERS 2008 NOUVEAU PASSAGE D'UN MANGE PRIMES

Malgré les dégâts de 2007, une nouvelle fois j'ai la visite inopportune du même "berger", entre midi et deux comme ont dit! pas de chance j'habite juste en face. Mais comme il dit" les moutons ( ils oublie ses chèvres qui elles se délectent des écorces ) vont ou ils veulent" !! Ces visites auront lieu plusieurs jours d'affilés, justifié soi disant par une obligation de passage pour respecter un "plan de gestion sylvopastoral" dont bien sur je n'aurai aucune copie, étant très intéressé de savoir qui donne le droit de passage sur des propriétés privées...

Obligation de protéger mon jeune chien qui viens de prendre quelques coups de crocs!! et  calmer mes jeunes enfants affoles et traumatisés de voir leur chien se faire bouffer...

Le passage en hivers de moutons et chèvres n'apporte rien ni a la forêt ni aux châtaigneraies et encore moins aux châtaigneraies entretenues mais il faut considérer que dans ces dernières les troupeaux y troupe de l'herbe en quantité, il faudrait parcourir énormément d'hectares pour trouver autant de pâture

   
Décembre 2009 coup de téléphone de la Gendarmerie !!! j'aurais tirés des coup de feux sur mon cher mange prime" !!!!!!!!!!!!!! Heureusement j'étais en week end à la montagne!! Sont choix de me porter comme principal suspect c'est que cet évènement se serait dérouler sur un de nos terrains jouxtant la châtaigneraie! sic il parait qu'il n'a pas le droit de passage chez nous !!
Autre conclusion, il a de plus en plus d'amis des bergers dans le quartier!! Bilan une bonne frousse pour lui et quelques bêtes qui ont pris du plomb.
 
 
 

HIVERS 2009/ 2010

11300 Hectares à parcourir pour des troupeaux à Collobrières et ma petite châtaigneraie toujours autant prisé par le même "mange prime". Cette année ayant été informé par les responsables municipaux qu'il n'y avait plus de pâturages organisé dans le secteur, je me permet de lui demandé de quel droit est il là, et bien sur il me répond : " j'ai un contrat de pâturage !!" j'exige qu'il me le montre, mais là plus d'écrit, "où puis-je bien allé si je ne viens pas ici" !! 11300 hectares rien que sur Collobrières...

Le problème c'est que le passage de troupeaux de moutons qui mangent que de l'herbe bien verte donc  hors des périodes à risque d'incendies ne nous protège en rien des incendies dévastateurs. La seule solution est le nettoyage  par débroussaillage et l'entretien pour maintenir ces superficie propres. Un moutons ne détruit pas les arbustes et autres plantes qui composent notre sous bois voir notre maquis. Depuis quelques années il y a un engouement nouveau pour la remise en état des châtaigneraies, pare feux naturels et très efficaces ( voir les incendies de 2003 à la Garde freinet) .  
Apres n'y avoir pas cru, malgré les exemples sur ma châtaigneraie, ne forte action est mise en place pour greffer et planter de nouveaux châtaigniers. La valeur économique de la châtaigne ces dernières années permet d'avoir de plus en plus d'hectares qui sont propres et nettoyés toute l'année, ce qui représente des pare feux qui ne coûte absolument rien a la collectivité. De plus cela permet en  de valoriser l'agriculture locale "naturelle" et de maintenir une économie vitale pour notre massif et pour Collobrières. La destruction de notre travail est  décourageante. De plus  les arguments fantaisistes de ces messieurs qui se voient en "messie du massif des Maures" et leurs structures "syndicales et associatives" très voraces en budgets et subventions ne sont plus acceptable en 2010.

   

DEGATS DE CHEVREUIL 2009

   

   

Dégâts causé par le passage d'un camion de pompier!! le portail a souffert lui aussi il est impossible de le fermer. La clôture a été détruite sur prés de 20 m. Il parait qu'il y avait un incendie, debut décembre après plus d'une semaine de pluie continue!! un simple tas de braise!! Ca aussi ca n'aide pas à être motivé pour débroussailler mais bon plus de broussaille plus de feus plus de primes de sorties......

 
   

 
   

AVRIL 2010

   
Avril 2010, un de mes collègue Castanéiculteur me raconte sa mésaventure, il a eu un troupeau qui est venu manger ses châtaignes en pleine récolte de châtaignes!! malgré les cris et les appels, pas de berger mais des qu'un bruit, enfin une détonation retentit," ben vla mon mange prime" qui se sort de la broussaille. A oui au fait, de la broussaille il y en à toujours....même si toute la semaine au journal télé  ils nous passent des reportages sur les troupeaux champions du débroussaillage et de la diversité lol que reste il de la diversité lorsque les fleurs sont dévorées avant même d'avoir fini leur cycle qui mène la graine et à la dissémination, adieu tulipes sauvage muguet orchidées plante protégées etc...si les troupeaux passent dans nos châtaigneraies en ce moment (avril 2010) .

Le même dossier de presse circule dans les rédactions depuis 20 ans mais bon la on en à bientôt fini il nous font la promo de la transhumance en Lorraine !! et dans le Quercy.....     Il doit y avoir encore quelques budgets à grattez par la bas ;

   

 

A quelques centaines de mètres des châtaigneraies un troupeau de moutons avec plus de douze chèvres

 
     
(imprimer la page).  revenir à la page précédente    demande de renseignements
retour accueil galerie  photos